Hystérectomie : opération, risque et rétablissement

Chirurgie_hysterectomie

L’hystérectomie est une opération chirurgicale visant le retrait total ou partiel de l’utérus. Ce type d’intervention est préconisé dans différents cas de figure pour mettre fin à certains troubles ou améliorer l’état de santé de la patiente. Par ailleurs, l’hystérectomie est une opération qui peut être pratiquée par laparoscopie ce qui lui permet d’être moins traumatisante pour le corps.

Dans quel cas fait-on une hystérectomie ?

L’hystérectomie est une opération visant à l’ablation de l’utérus ainsi que du col de l’utérus. On parlera d’hystérectomie subtotale lorsque le col sera conservé et d’hystérectomie totale avec annexectomie lorsque les trompes et les ovaires sont également retirés. Ce type d’opération est préconisé lorsque diverses pathologies ont été constatées comme par exemple la présence de polypes, de fibromes utérins, d’un cancer et également dans les cas de prolapsus génital. L’hystérectomie est une intervention qui aura pour conséquence la stérilité de la patiente, mais n’affectera en rien le plaisir sexuel. Il s’agit donc d’une opération lourde de conséquences si l’on souhaite pouvoir fonder une famille, mais qui peut également permettre de sauver des vies et de largement limiter les douleurs et certaines autres problématiques rencontrées dans les cas de maladies précédemment citées. Bien évidemment, le retrait de l’utérus ne sera proposé à la patiente que lorsque cela s’avère nécessaire et ce n’est qu’après avoir essayé divers traitements et effectué plusieurs examens que l’hystérectomie sera conseillée, rarement en première intention (plus d’informations sur le domaine médical sur le blog Astuce Santé).

Comment se déroule l’opération ?

L’hystérectomie est une opération qui pourra être effectuée par laparoscopie. En effet, cette technique permet de largement limiter le nombre d’incisions et leur taille puisque généralement ce sont quatre incisions faisant entre 5 et 20mm qui seront effectuées (une sous le nombril et les trois autres au niveau du bas ventre). Ces dernières vont permettre l’insertion d’un laparoscope qui est une mini caméra qui permettra au chirurgien de voir ce qu’il fait tout en utilisant ses instruments au travers des autres incisions. Le retrait de l’utérus par laparoscopie permet donc de limiter la taille des incisions et donc de largement faciliter la cicatrisation, mais aussi de limiter le risque infectieux. Qui plus est, l’opération par laparoscopie permet de réduire la douleur et donc la prise d’analgésique durant la convalescence (plus d’informations sur la laparoscopie ici). Cette opération est pratiquée par anesthésie générale et demande bien souvent à ce que l’on reste 24 heures en observation afin de s’assurer que la patiente se réveille correctement et ne souffre pas de complications. Les risques hémorragiques et infectieux sont très faibles et il n’y a à priori pas de complications graves ou de risques majeurs à envisager. La période de convalescence se fera généralement sur 6 à 8 semaines et nécessite beaucoup de repos durant les deux premières semaines.

Opter pour une opération par laparoscopie plutôt que par la méthode classique permettra de beaucoup mieux supporter l’opération et la période post-opératoire. De nombreux médecins pratiquent cette technique, mais il conviendra de bien se renseigner auprès de son chirurgien pour savoir de quelle façon il compte appréhender l’opération et si la laparoscopie est envisageable. Il est tout à fait possible de consulter plusieurs chirurgiens pour faire son choix par la suite.

L’hystérectomie n’est pas une opération très lourde en soi même si elle repose tout de même sur l’ablation d’un organe. Il convient donc de mettre toutes les chances de son côté afin que cette dernière se passe le mieux possible en s’entourant de professionnels de santé compétents et à l’écoute, qui seront en mesure de proposer un accompagnement adéquat à ses besoins.

Pharmacie de garde à Bordeaux : comment la trouver ?
Expertise médico sociale et accompagnement des structures spécialisées